Le Mont Chanis…

Un vieux chameau à trois bosses...

Un dôme comme un autre ?

A première vue oui…

Le Mont Chanis, très boisé, culmine à 1232m d’altitude au nord-est de Saint-Julien-Chapteuil. Une falaise formée d’un ensemble de piliers rocheux affleure du coté sud, ce qui nous permet d’identifier facilement la nature de la roche :

Une roche de couleur gris clair et une texture de lave : des cristaux bien visibles qui ont eu le temps de cristalliser dans une chambre magmatique, noyés dans un fond gris solidifié plus rapidement et formé de cristaux invisibles à l’oeil nu et de verre volcanique.

Il s’agit donc d’une roche volcanique de la famille des trachyphonolites, issue du refroidissement d’une lave visqueuse « froide » (600 à 800°C) qui s’accumule au-dessus de la bouche éruptive.

Mais pas si simple, le Mont Chanis présente des originalités intéressantes :

Première originalité : un dôme composite…

Selon l’angle de vue on peut voir un, deux et même trois sommets différents ! Jules Romains en avait bien repéré deux puisqu’il avait comparé le Mont Chanis à un chameau !

Le Mont Chanis vu depuis le nord : on distingue nettement les trois sommets.

Et lorsqu’on fait abstraction de la végétation comme le permet la technologie LiDAR, qui rend visible ce qui est invisible, les trois sommets ne se cachent plus : altitudes respectives 1203, 1231 et 1232m ! Images fournies et légendées par T. Lhoste.

Le Mont Chanis n’est donc pas un volcan mais un ensemble de trois volcans coalescents…

Deuxième originalité : des prismes bien cachés … et la réponse à la photo mystère…

Les pentes boisées du dôme sont jonchées de tous les côtés par des éboulis et des blocs rocheux de toutes tailles issus du démantèlement de la roche, blocs qui ont dévalé la pente parfois jusqu’au pied du volcan puisqu’on peut les trouver 300m plus bas….Il faut dire qu’il s’agit d’un chameau vieux de 11 millions d’années !

Certains blocs, cachés dans la forêt, réservent une surprise :

Ce sont des prismes ou « orgues », non pas basaltiques mais trachyphonolitiques.

Voir les articles « Les prismes de lave visqueuse » https://sucs-nature.fr/11-les-prismes-de-lave-visqueuse/ et « Pourquoi des prismes dans le basalte » https://sucs-nature.fr/9-pourquoi-des-prismes-dans-le-basalte/

Il ne vous reste plus qu’à réexaminez l’image de la photo mystère de décembre : la prismation saute aux yeux !!

Celà signifie qu’une partie de l’émission de lave formait des orgues. 11 millions d’années plus tard il n’en reste que des blocs épars.

Comme ils ne sont pas en place, on ne connaît pas l’orientation originelle des prismes. Il est donc difficile de savoir s’il s’agissait d’une petite coulée (prismes verticaux) ou d’une intrusion type « dyke » (prismes horizontaux)

Troisième originalité…

Le Montchanis présente une particularité jusqu’ici unique dans le Velay oriental : plusieurs sortes de magmas se sont mélangés.

Comment le voit-on ? : affaire à suivre dans un prochain article ! https://sucs-nature.fr/16-une-roche-qui-fond-et-plusieurs-sortes-de-laves/

Et grand merci à Timothé Lhoste pour qui le Mont Chanis fut un amour d’été de jeunesse, été au cours duquel il en explora tous les recoins, en rampant sous les ronces au besoin !

Un commentaire

  1. Forcément cela éclaire le gardien de notre hameau sous un autre angle ….je n’avais « vu » de chameau en me baladant autour de la falaise … je ferais mieux attention

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *